« La fin de la plainte. Il suffit d’un geste. Savoir attendre. »

Lire ou relire ces trois textes, réunis sous le titre « Jamais contre, d’abord La présence d’un corps », est le meilleur hommage que l’on puisse rendre à François Roustang.
Son écriture est subtile, dialectique, magnétique. Elle affirme et se dérobe de manière incessante pour laisser entrevoir la « relation thérapeutique » comme espace des possibilités de changements, dans le contexte de l’hypnose puisque François Roustang, fin psychanalyste, est connu pour son apport à l’hypnose.
Le voyage d’une vie à travers tant de pensées, de signes et de soins ou le voyage de tant de pensées à travers une vie ? Restent les livres comme traces de ces mouvements pour nous inspirer, « il suffit d’un geste pour changer » et dans le même temps « ne rien faire » écrit-il …
L’énigmatique thérapeute est devenu un sage comme si insight, éveil ou satori désignait l’inexprimable que manifeste la vie.

 

Biblio :

– « Le secret de Socrate pour changer la vie », François Roustang, Odile Jacob

– « Jamais contre, d’abord  La présence d’un corps », François Roustang, Odile Jacob

– « Le magnétisme animal », GWF Hegel, traduit et annoté par François Roustang, PUF